Marquises - Tahuata
Côte sous le vent

Tahuata

Village de Vaitahu

Nous avons quitté la baie de Hanamoenoa ce matin. En sortant de l'anse, nous retrouvons une raie manta devant notre étrave. Elle longe notre bord, sortant le bout de ses ailes de la surface de l'eau. Elle répète ce mouvement, tant et ci bien que nous prenons son comportement, pour un coucou, un «au revoir» très sympathique. Mais il faut qu'elle se prépare à nous retrouver, nous partons «en week-end» plus au sud. Nous nous rapprochons du village d'Hapatoni, pour peut-être assister à l'accueil de l'Aranui, dimanche. Puis, nous reviendrons nous blottir dans «notre» baie. 

Au sud de l'antre lumineux de Hanamoenoa, des rafales saisissent le plan d'eau. Elles dévalent l'immense toboggan que dessine la caldera de l'anse Hanamiai où se tapit le village principal de l'île : Vaitahu. L'inclinaison des monts environnants est parfaite pour accélérer le vent. Au pied des pentes du volcan effondré, le village résiste aux assauts incessants. Ils sont si violents, qu'ils soulèvent des nuages d'embruns. Notre Etoile plie comme le roseau et poursuit sa route, au-delà de la pointe Tepea. 

Tahuata

Côte ouest escarpée

Une avancée excentrique se dresse devant nous et détourne notre attention d'un empilement baroque de monts anthracite où la végétation gravit des échelons démesurés de roches hors de portée. Le pic acéré de Tepea, se dresse hors de l'eau indigo, sur une hauteur de 800 mètres. Une faille fantasque scinde la montagne en deux, elle s'enfonce dans la chair de la roche, semble trépaner le décor, d'un plaisir fendu. Quel étrange paysage! 

Nous changeons complètement de monde. Quittons les collines douces et la plage radieuse pour rejoindre les falaises vertigineuses et énigmatiques qui protègent le mouillage de Hanatefau. Là, en posant l'ancre, nous avons non seulement changé de décor, mais aussi de climat. Les sommets sont empêtrés dans d'épais nuages. Le soleil ne parvient pas à passer outre la muraille de plus de 1000 mètres qui s'élève derrière notre Etoile. L'air va en chatouiller le sommet, et par un curieux jeu des techniques de fluide, cet air revient, refroidi, chatouiller la surface de l'eau. 
Il fait presque frais! 
Le ciel, au-dessus du mât, s'accroche aux humeurs grèges, tandis que vers l'horizon, il resplendit d'azur... 


JPEG image


© Droits réservés 2011 : etoiledelune.net | Mis en page par Dominique - Texte de Nathalie