THARROS trésor archéologique

Le premier mouillage où nous posons l’ancre est au nord du golfe d’Oristano. Nous ne possédions qu’une carte marine sommaire de l’île. Et, donc, la surprise est totale lorsque nous découvrons à notre arrivée un site archéologique important : Tharros.

Deux colonnes romaines attirent notre attention, ainsi qu’un site de fouilles où s’affaire une dizaine de personnes. Il nous faut peu de temps pour mettre l’annexe à l’eau et partir à la chasse aux informations.

Avant l’arrivée des Phéniciens qui établirent le comptoir de Tharros, la presqu’île de Sinis était habitée par des Sardes de la culture des Nuraghis. Il est en outre probable que le nom de la ville dérive d’une racine propre à la langue méditerranéenne des populations sardes (tarr).

Dès 730 avant J.-C. les Phéniciens édifièrent Tharros qui se développa pendant près de 1800 ans. La ville phénicienne devient un centre commercial important dans le bassin ouest de la Méditerranée. Avec les Carthaginois, Tharros prend une dimension militaire et devient une place forte maritime, assurant le contrôle de la mer sarde. Mais en 1070, la ville fut abandonnée et même démantelée ? En effet, les structures de maçonnerie et matières premières de constructions furent récupérées pour construire la ville d’Oristano. En suite, les sables prirent d’assaut les restes de la ville qui disparurent pendant plusieurs siècles.

L’intérêt évident d’un double mouillage

Les navigateurs phéniciens virent en la presqu’île un intérêt évident de s’établir. En effet, le promontoire méridional de Sinis était assez élevé pour briser la force des vents. Ainsi, il permettait de construire un embarcadère de chaque côté de la presqu’île, assurant un mouillage sûr quel que soit le secteur du vent.


Les pirates de la Méditerranée

Enfin, c’est la brève conquête arabe du XIe siècle qui sonna le glas de sa fortune. Mais son déclin fut amorcé par la période de troubles qui secoua tout le bassin occidental de la Méditerranée. En effet, la Mer était sillonnée par les navires sarrasins rendant la navigation dangereuse et causant la fermeture de la plupart des villes mercantiles dépendantes du trafic maritime. (Voir : L’occasion de faire un peu d’Histoire…)

Fermer la fenêtre