Vierges Espagnoles: Culebra

Cliquez sur les points rouges pour accéder aux différents mouillages
Vous pouvez visualiser directement la galerie photos relative aux Vierges Espagnoles...

Comment une île finit par vivre sa vie ?

Les archives trouvent cette île sous de nombreux surnoms : « Isla Chiquita » (la petite île) ; « Ultima virgen » (l’ultime vierge) ; mais aussi « îlsa Pasaje », puis « Isla de San Ildefonso », pour enfin trouver son nom de baptême : Culébra

Vue sur Bahia AlmodovarSi les deux premiers noms se comprennent d’eux mêmes, le troisième mérite qu’on s’y arrête un moment. L’île du passage. Les cartes anglaises répertoriaient l’île sous ce nom. Pourquoi un si joli paradis n’était-il considéré que comme une retraite temporaire ?

Avant le dix-neuvième siècle, l’île ne compta jamais d’habitants permanents. Du temps des indiens Taïnos et Arawaks, l’île était considérée comme zone de campements pendant la période d’une chasse marine, les tortues en particuliers. En 1511, les Taïnos de la région se révoltèrent contre les espagnols qui voulaient les asservir. Les Taïnos s’allièrent à leurs ennemis séculaires et se réfugièrent sur l’île de Culébra. Vue sur CulebritaDe là, ils lancèrent des raids éclairs sur les haciendas espagnoles. Mais en fin de compte, quelques expéditions suffirent aux colonisateurs européens, pour expulser définitivement les rebelles des îles les plus proches de Porto Rico. Les îles restèrent dès lors inhabitées de manière permanente pendant des siècles. Durant cette périodes seuls les pirates et les boucaniers y trouvèrent un repère excellent pour leurs navires et leurs butins. La passe de Ensenada Honda était très prisée par cette population. On dit que le Capitaine Morgan lui-même vint y cacher son bateau et le fruit de ses « activités ».

En 1875, la couronne espagnole exprima son désir de peupler l’île de Culébra. En 1880, elle édita un décret en ce sens. Le 27 Octobre 1880 un contingent de dix habitants sous les ordres de Don Cayetano Escudero, représentant le gouverneur de Vièques, quittèrent Vièques l’île voisine, et s’installa à demeure sur l’île. Cette communauté se baptisa « San Ildefonso de la Culebra », et nomma l’île « Isla de San Ildefonso » en l’honneur de l’évêque de Tolède San Ildefonso de la Culebra. L’emblème de l’île représente ce digne héritage par la crosse et le sceptre qui fait face au serpent : la couleuvre (Culébra). La couleuvre qui finira par donner son nom à l’île.

Culebrita mouillage nordEn 1887, l’île fut divisée en lots et répartie sur les familles qui voulaient bien y résider de manière permanente et y cultiver la terre. Deux ans plus tard, l’église fut édifiée. C’est aussi lors de cette année, que le gouvernement de Vièques envoya un premier gouverneur sur l’île : Stevens, un homme noir de nationalité anglaise. Il devait se charger de protéger l’industrie de la pêche des étrangers. En 1891 la ville de San Ildefonso de la Culébra ne comptait que quelques demeures faites de paille, la maison du gouverneur, et des réservoirs d’eau douce où les habitants allaient s’approvisionner. En 1894, un rapport indique que la population se montait déjà à 519 habitants vivant en cinq communautés : San Ildefonso, Flamenco, San Isidero, Palaya Sardinas, Frayle. Les habitants vécurent de l’exploitation de bois tropicaux, de l’exportation d’huile et de carapaces de tortue, de poissons salés, de bétail…et de l’agriculture de tabac, bananes plantains, potiron, haricots, patates douces, ail, tomates, oranges …(on a presque du mal à croire à tant de richesse lorsque l’on voit l’île aujourd’hui !)

En 1898, lors du Traité de Paris, mettant fin à la guerre hispano-américaine, les Etats-Unis reçurent Porto Rico, Vièques, et Culébra. Les Etats-Unis acceptèrent de respecter les titres de propriétés acquis par les colons espagnols pendant la guerre.

Le phare de CulebritaEn 1901, les américains exproprient les habitants de San Ildefonso et les déplacent vers un nouveau lieu, au fond de la baie de Ensenada Honda, qu’ils nomment Dewey. En l’honneur de l’amiral Dewey qui coula la flotte espagnole pendant la guerre hispano-américaine. (Le moins qu’on puisse dire, c’est que la diplomatie et la délicatesse coulaient dans les veines de ces ricains là !!!!). On ne s’étonnera pas que les locaux préfèrent appeler leur « capitale », « El Pueblo »… Pendant ce temps, les nouveaux occupants essayaient leurs nouveaux joujoux guerriers sur le reste de l’île.

Tout est bien qui fini bien, en 1976 Kissinger prôna le retrait des troupes américaines, et le champ de tires préféré des marines devint une paisible retraite pour les oiseaux, et les poissons qui oseraient après les manœuvres militaires repasser par là ! Il paraît que les américains s’étonnent des séquelles psychologiques laissées par près de 70 années d’essais en balistique et bombardements divers sur ce territoire. Bizarre !!!! Quant à la faune, la flore, et le récif… tout cela paraît des années plus tard complètement dévasté. On ne peut parler de désert. Mais de paupérisation de la nature qui ne supporta pas les expériences humaines… Etrange !!!

Les relations entre la population locale et l’armée américaine n’ont jamais été simples. C’est une ambiance qui est palpable sur place. Bien que nous soyons sur un territoire américain, personne ici ne se donne la peine de parler l’anglais. Leur langue est l’espagnol, n’en déplaise à l’étranger, il a qu’à se débrouiller pour se faire comprendre. Le seul être que nous ayons entendu parlé anglais, c’est le douanier… FlamencoQuand on le trouve. Mais, lui non plus ne fait aucun effort pour se faire comprendre. En anglais, c’est un accent ricain de la plus pure merveille. Mais l’on sent bien que c’est en espagnole qu’il s’éclate le plus, lui aussi. Cet état d’esprit n’est pas exprimé violemment ou avec une quelconque amertume, comme c’est souvent le cas dans les pays à philosophie séparatiste. Non, ici, l’on traite l’étranger avec une indifférence placide, sans état d’ âme. Si le voyageur apporte des dollars, c’est bien. Si, il faut faire trop d’efforts pour partager les flux de capitaux, alors, ils préfèrent regarder déambuler le visiteurs en toute quiétude dans les rues plombées de chaleur de LEUR ville. Et tout est bien ainsi ! (Pour combien de temps encore ???)


Fermer la Fenêtre