Ile Rousse (approche: 42°38'5N 08°56'4E)

Ile Rousse

Île Rousse, a pour nous le goût de la fin du voyage. Les jours de beau temps que nous avons eu la chance de connaître tiraient à leur fin. Nous le sentions ! Même si aucun BMS, n’était encore en vue. Nous étions déjà heureux d’avoir pu remonté tranquillement de Bonifacio sous des auspices aussi favorables !

En tant que mouillage pur et simple, Île Rousse, n’est pas à classer parmi les plus beaux de la Corse. Nous choisissons de loger face à la plage de la ville, à l’Est des Roches de la Puntella. La mer est lisse comme un miroir, nous pourrions presque mouiller au large si les fonds le permettaient. Ainsi, nous ne nous faisons pas de soucis quant à la houle venue des vents dominants. Pas loin de notre point d’ancrage, un large ponton, accueille les ferrys et NGV. Nous avons même assisté à un petit «accident ». Le Napoléon devait remonter l’un de ses canots de survie. Manque de chance, il avait été mal amarré à la grue, et retomba dans un brui effroyable le long de la coque. Comme un malheur n’arrive jamais seul, le canot tomba bien sûr à l’envers ! Ils avaient l’air bien embêté…

Quant à la ville elle-même. Elle a un petit côté charmant, très « riviera » ! Une vaste place qui abrite de nombreuses terrasses de brasseries sous les platanes. Le petit train qui sillonne son littoral. Pas de quoi y rester des lustres. Mais par temps calme, Île Rousse mérite une petite visite !

 

Fermer la fenêtre